N’importe quel(le) historien(ne) peut désormais obtenir un revenu complémentaire en consacrant un loisir à la publication d’un livre d’histoire.

Vous l’écrivez à votre rythme.

Pour vous offrir ensuite des vacances inoubliables.

Trop beau pour être vrai ?

Il est déconseillé d’écrire un livre d’histoire à l’aveuglette.

Sans un minimum d’organisation, vous risquez aussi de perdre beaucoup de temps. Ou même de faire des dépenses injustifiées.

Or la rédaction de votre livre doit rester un loisir plaisant. Faire de l’histoire par plaisir.

Et donc, pas de pression inutile …

Comment procéder ?

Entre vous et moi, j’ai passé beaucoup de temps à tester plusieurs manières de faire.

Vous pouvez profiter de ce travail dans une méthode sur mesure.

Chaque titulaire d’une licence ou d’un master en histoire peut facilement l’utiliser pour augmenter ses revenus.

Voici un petit « secret de fabrication » :

Il tient en 5 règles.

Règle 1 : traitez un sujet à succès. Et qui vous colle à la peau.

Vous vous connaissez bien.

Vous pouvez donc lister vos goûts pour l’une ou l’autre partie de l’histoire. Ou pour un thème historique particulier.

De même, vous pouvez aussi préciser votre manière favorite de traiter un sujet :

 

– une compilation sur une question que vous connaissez bien

– des témoignages oraux à utiliser

– exploiter quelques archives méconnues

– une mémoire collective

– un patrimoine qui vous tient à coeur

– etc …

 

Il y a tant de manières de pratiquer son métier d’historien.

Pensez toutefois à faire de la vulgarisation.

Vous pouvez ensuite valider un sujet qui vous tient à cœur.

Aura-t-il du succès ?

Assurez-vous de pouvoir contacter 8 000 personnes.

Sans plus d’une trentaine de clics (dans les réseaux sociaux ou par l’utilisation de mailing lists).

Règle 2 : votre loisir vous passionne.

Cette activité doit rester un loisir. Elle doit donc rester passionnante.

Organisez-vous pour toujours ménager votre vie familiale ou sociale.

Conservez d’autres loisirs.

Maintenez une activité physique.

Ne vous laissez pas envahir par votre projet.

D’ailleurs, il y gagnera en qualité.

Règle 3 : être édité(e) sans peine. Sans mauvais suspens. Et sans frais.

Inutile de vider votre cartouche d’encre en imprimant votre tapuscrit.

Évitez de payer des dizaines d’envois chez des éditeurs.

La plupart ne vous répondront même pas. Ou dans 6 mois.

Au contraire, protégez votre manuscrit pour 5 ou 6 euros.

Et conservez vos droits d’auteur.

Pratiquez l’auto édition.

Règle 4 : faire imprimer le tirage exact et sans dépenser un euro de votre poche.

Pas de cave remplie de caisses de livres imprimés pour rien !

La vieille technique des ventes de concert vous permettra de connaître le tirage exact.

Inutile de vous transformer en vendeur(euse).

Informez.

Une présence sur  internet fera le reste. Cette façon de procéder est d’ailleurs la plus efficace.

Et vous toucherez directement au minimum 70 % du prix de chaque exemplaire vendu.

Règle 5 : réservez votre séjour de vacances. Ou achetez-vous ce cadeau dont vous rêvez secrètement.

C’est déjà possible avant que tous vos exemplaires soient écoulés.

Le reste se vendra facilement par la suite.

Et sans stress … car vos livres sont déjà payés. 

Sans que cela ne vous ait coûté un euro pour les imprimer !

Marche à suivre complète et gratuite ici.

Share This