L’ADN au service de la généalogie avec l’historien Jean Tillieux

Savez-vous que …

La généalogie génétique a parfois été décriée comme un miroir aux alouettes. Or il  faut savoir ce que l’on fait, et surtout comment on le fait. 

→ 3 choses à savoir sur l’apport de la génétique à la connaissance de ses ancêtres

  • La génétique permettre de retracer une lignée en cas de « chaînon manquant » (enfant naturel ou abandonné … )
  • L’ADN est un document « biologique » qui autorise de remonter beaucoup plus haut dans le temps et l’espace pour au moins déterminer la région d’origine d’une lignée (« communauté d’origine »). Très utile car la majorité des généalogies ne progressent plus au-delà du XVIIe siècle (sauf pour les familles de notables). 
  • On peut donc explorer la « pré-histoire » d’une famille en remontant à une période où les écrits ne fournissent plus d’indications relatives à des ancêtres)

→ 3 pièges à éviter lorsqu’on recourt aux test ADN pour sa généalogie

  • La généalogie génétique ne peut se concevoir que dans une démarche comparative. Se faire tester seul de son côté n’est quasi d’aucune utilité. Au contraire, il faut déterminer le gène dominant d’une lignée et (toujours sur base de comparaisons) retracer la filiation véritable.
  • Il peut toujours y avoir une totale inadéquation entre une ascendance « sur papier » appuyée par les documents et les résultats d’un test ADN, qui sont eux, seuls objectifs ! (des ruptures du lien filiatif ou « failles » peuvent exister en amont). 
  • Savoir que l’on descend des Vikings ou des Grecs il y a 1000 ou 2500 ans a peu d’intérêt. Par contre, sur base de l’étude du patronyme (qui peut varier au cours des siècles), on peut raisonnablement espérer trouver des recoupements utiles jusqu’au XIVe siècle. 

La recherche fructueuse et probante de Jean Tillieux 

Qui est Jean Tillieux ?

Jean Tillieux a une formation d’historien  (universités de Namur et de Liège). Sa période de prédilection est l’ère moderne. Il est très actif dans les milieux généalogiques belges.

Comment Jean Tillieux a tiré parti d’un test ADN ?

Jean Tillieux ne pouvait remonter dans ses recherches en lignée patrilinéaire ou agnatique au-delà de 1795 (et la naissance de son quadrisaïeul, un enfant naturel).

Un test ADN ainsi que des  investigations dans les sources de cette époque ont permis d’identifier le géniteur de l’enfant naturel … (en prouvant au passage un adultère de mars 1795).

Cette découverte a ensuite permis à Jean Tillieux de remonter encore six générations !

Son prochain livre

Jean Tillieux s’est montré patient et méthodique. Au-delà de son cas personnel, c’est son expérience de généalogiste favorisée par son savoir faire d’historien qui lui ont permis d’aboutir.

Cette méthode si particulière, Jean Tillieux la présente dans son prochain.

Elle servira à tous les généalogistes qui tentent de débloquer une recherche;

Quant au grand public, il découvrira les avancées récentes de la génétique et les perspectives inattendues qu’elle ouvre.

Bientôt chez vous

La publication de ce livre est prévue au printemps 2023.

Mais vous pouvez déjà :

  • être informé(e) personnellement de la parution ;
  • réserver votre exemplaire avec une réduction de 7 € (paiement à la parution) ; 
  • recevoir une invitation à la conférence en ligne de présentation.

Comment procéder ?

Il suffit de télécharger gratuitement votre invitation :

Share This