Comment réaliser votre projet d’édition ? 

Question préalable : livre imprimé et/ou livre édité ?

Faites imprimer votre livre sans l’éditer (s’il est destiné à être distribué à quelques proches – mini tirage)

Éditez ou faites éditer votre livre si vous souhaitez qu’il soit vendu (idéalement de 30 à 40 exemplaires au minimum)

L’édition requiert seulement de disposer d’un ISBN, de fixer le prix du livre et d’effectuer le dépôt légal

Vous avez choisi de l’éditer … Voyons la suite !

→ Si vous avez déjà un projet rédigé :

2 conseils :

Vous avez encore le temps d’apporter des modifications :

  • avec un recalibrage pour multiplier les publics potentiellement intéressés
  • sans bien sûr altérer le sens de votre texte

Protégez votre texte avant de vous lancer dans la moindre démarche d’édition

→ Vous n’avez pas encore de projet rédactionnel :

 Si vous ne souhaitez pas (faire) imprimer :

  • L’édition sous forme électronique (E-book) d’un livre d’histoire classique échoue si :

− pas de nom connu

− pas de référencement efficace

  • Mais vous pouvez créer vos propres produits numériques « histoire » : 3 exemples ici

Unique ! Trouvez un sujet de livre d’histoire qui marche et estimez vos bénéfices avant de l’écrire

Vous publiez votre livre d’histoire  :

  • sans chercher d’éditeur
  • sans avancer les frais d’imprimeur
  • et sans devoir vous transformer en vendeur

2 soirées peuvent suffire à estimer facilement tout ce que votre nouveau loisir pourrait vous offrir.

À découvrir ici

Nouveau ! Pour fainéants et astucieux  … Comment publier un livre d’histoire :

  • de qualité irréprochable
  • sans écrire tout le contenu (parfois juste l’introduction !)
  • sans « nègre »
  • et bien sûr sans plagiat

Choisissez la formule d’édition qui vous convient

Le bon vieil éditeur classique ?

Quel est le principe ?

L’éditeur assume seul le risque d’éditer votre livre après la signature d’un contrat d’édition.

Il assure ensuite toutes les prestations en vue de l’éditer, le fabriquer et le vendre : diffuser le livre en librairie, en faire la publicité dans la presse, les salons et foires du livre …

À recommander si vous …

  • n’avez aucun inconvénient à céder vos droits et à recevoir un petit pourcentage des ventes (généralement autour de 5 à 8 % avant impôt) – en clair vous gagnerez au mieux quelques euros
  • souhaitez par priorité figurer au catalogue d’une maison d’édition renommée

L’auto édition ?

Quel est le principe ?

L’auteur assume seul ou en se faisant aider les opérations d’édition (ISBN et dépôt légal), de réalisation (mise en page et impression) et de commercialisation de son livre (au prix de son choix)

À recommander si vous …

  • souhaitez recevoir le prix total de votre livre (moins de ventes que l’édition classique mais revenus décuplés)
  • préférez un livre confectionné à votre goût (en vous faisant éventuellement aider pour certains aspects)
  • n’avez pas trouvé d’éditeur classique

Vous hésitez entre l’édition classique et l’auto édition ?

Comment choisir ?

Vous ne souhaitez pas vous lancer dans une auto édition sans certitude que votre texte aurait été accepté par un éditeur. Mais vous ne pouvez lui imposer votre projet. Un éditeur classique a le dernier mot car il prend un risque seul.

Vous n’avez pas davantage la garantie d’une auto édition à succès. Son succès dépend du nombre de lecteurs intéressés qui achèteront votre livre parce qu’ils en auront eu connaissance.

Notre conseil :

Choisissez sans vous en remettre aux caprices de la chance

Comment procéder ?

Vous connaissez votre texte. Vous y avez beaucoup travaillé. Vous en connaissez donc la valeur.

Vous devez maintenant en connaître le potentiel éditorial : 

  • pour convaincre l’éditeur qui vous convient de vous envoyer une proposition de contrat
  • pour connaître et localiser vous-même les publics réellement susceptibles d’acheter votre livre
  • et pour assurer le meilleur succès de votre projet d’édition 

Nous vous aidons à :

  • vous adresser aux seuls éditeurs réellement intéressés :

vous leur parlerez de ce qui les intéresse le plus. Vous évitez au passage de dépenser parfois jusqu’à plus de 100 euros de frais d’impression et d’envoi de votre tapuscrit dans des maisons d’édition qui ne vous répondront peut-être même pas.

  • chiffrer le nombre d’acheteurs potentiels de votre livre :

ils seront joignables sans dépenses en quelques clics dans le cas d’une autoédition

  • choisir sans le moindre regret la formule d’édition la plus appropriée :

en économisant votre énergie avec un repérage aussi utile pour une formule que pour l’autre

Share This